les gardiens d'hel munster Index du Forum
les gardiens d'hel munster Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

De la découverte à l'aventure

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    les gardiens d'hel munster Index du Forum -> Les gardiens de la lumiére -> Le manuscrit de bonta
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Slyness
Maître de Bonta
Maître de Bonta

Hors ligne

Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 58
Localisation: Quelque part
Masculin Vierge (24aoû-22sep)
Puissance:
guilde: Rainbow Breeding

MessagePosté le: Sam 8 Oct - 21:17 (2011)    Sujet du message: De la découverte à l'aventure Répondre en citant

Chapitre 1: la découverte




Une tempête de neige bas son plein. Les flocons volent dans tout les sens, le vent est glacial. Une voix, ou même un pleur perce la tempête. Un enfant, non, un bébé qui cherche de la chaleur prêt de sa mère. Là, dans la neige, un couple de zobal marche contre le vent. On peut entendre leurs mots:
 
- Chéri... Tu crois que c'est une bonne idée ? Demanda la jeune femme
- Nous n'avons pas le choix, et tu le sais bien
- Mais... Je ne veux pas abandonner notre fille...
- Il le faut.
 
Ils continuèrent de marcher dans la neige. Avec le froid glacial, il fallait faire au plus vite pour ne pas mourir de froid. Plusieurs minutes plus tard, ils étaient devant une grande maison, habité par une famille de Pandawa. Là, la femme s'écroula en pleur:
 
- Non chéri, je ne veux pas !
- Nous n'avons pas le choix !!
 
Il lui arracha le bébé des mains de sa femme. Il avança devant la porte et déposa le bébé devant celle-ci. Poser son enfant lui arracha le cœur, mais il devait le faire. Il sonna à la porte de cette grande maison, il prit sa femme par le bras et ils coururent dans la neige. 
La petite Zobal commença à pleurer. La porte s'ouvrit et un grand Pandawa ouvrit la porte. Il était étonné de voir cette petite au pieds de sa porte et l'a prit dans ses bras. C'est alors qui petit mot était accroché à son poignet. Ce pandawa le donna à sa femme:



- Chérie, regarde ce qui était devant la porte
- Oh par Pandawa ! Comment elle est arrivé là ?
- Sans doute par ses parents. Justement, ils ont laissé un message, laisse moi le lire



"Nous sommes vraiment obligé d'abandonner notre petite fille. Nous ne pouvons la garder chez nous, nous ne pouvons pas la prendre en charge. Alors, merci de tout cœur si vous la prenez chez vous. Ne lui dite rien. Son nom est Zobness. Merci"



- Par Pandawa, ils ne pouvaient pas garder la petite... Dit-elle
- Alors gardons là, et offrant lui un avenir meilleur. 
 
Le pandawa regarda la petite Zobness. Il dit, fièrement:
 
- Te voilà chez nous ma petite, tu es ma fille désormais.
 
Il l'a berça, et elle s'endormis dans ses bras...
 
8 ans plus tard, la petite Zobness était pleine de vie dans sa nouvelle famille. Étrangement, les habitants du village ne s’interrogeaient pas sur son origine. En effet, une petite zobal dans une famille de Pandawa, ca ne passait pas inaperçu. Elle s'amuse avec son ami Xelor:
 
- Kyyyyyxe ! Kyyyyyxe ! Où es-tu caché ? Dit-elle
 
Le petit Xelor lui sauta dessus. Il lui dit:
 
- Me voilà. J'étais caché pas loin, et je t'ai sauté dessus !
- Que tu es lourd Idiot ! Enlève toi de là !
- Okay ca va !
 
Il lui embrassa la joue et il s'enfuis au loin. Ce petit bisou était quotidien entre les deux petits. Même si la petite Zobal n'aimait pas ses bisous, elle l'aimait bien. Elle se leva, et a ce moment là, son père l'appela pour manger. Elle courut le rejoindre pour lui sauter dans les bras. Zobness était tellement petite devant son père, taillé comme un bûcheron. Il l’emmena  dans la maison.
Un peu plus tard, toute la famille était à table. Il y avait la mère, le père, et le demi-frère.
 
- Alors, tu t'es bien amusé aujourd'hui ma chérie ? Demanda la mère
- Oui ! Tu sais comment on s'amuse Kyxe et moi.
- On sait bien ma petite, on te retrouve toujours toute sale après, dit le père.
- Et toi Baby ? Qu'as-tu fais de ta journée ? Demande Zobness
- Bof, tu sais, j'ai rien à faire ces temps ci... J'ai pas de commande...
- Ca vas venir, ne t'inquiète pas mon fils, rassura le père. Maintenant mangeons !
 
Ils commencèrent donc à manger.
En effet, le jeune Pandawa, était forgeron pour le village, mais les guerriers ne courant pas les rues dans le patelin isolé. Et la petite Zobness était heureuse ici, dans cette famille, dans ce village...
La journée était terminé, et toute la famille partis se coucher.
 
 
Arrivé à 15 ans, le petite fille était devenu presque une femme. En effet, sa voix changea, sa poitrine prit du volume, et elle grandi. En effet, avec le temps, tout ses atouts on "mûri" et tout les garçon du village voulait sortir avec elle. Mais, à ses yeux, seul Kyxe comptait... Mais il était déjà avec quelqu'un, et elle était jalouse. Le jeune Xelor alla l'a voir un jour chez elle. Il sonna à la porte:
 
- Oui ?
- Salut Baby, Zobness est là ?
- J'te l'appel. Zob', ton pote est là
- J'arrive
 
Elle descend les escaliers, et manque de tomber sous la précipitation. Elle dit:
 
- Que me vaut l'honneur de ta présence ?
- J'voulais savoir si tu voulais marcher un peu avec moi, j'ai quelques trucs à te dire
- Allons-y alors.
 
Les deux adolescents marchèrent dans le village sans dire un mot. Arrivé au niveau d'un champ de blé, il prit Zobness par le bras et lui dit:
 
- Zob', je dois partir, loin d'ici...
- Q... Quoi... 
- Je suis désolé, mais je dois faire mon service militaire à Bonta
- Non... Ne part pas... Je t'en supplie, j'ai besoin de toi...
 
Un clairon se fit entendre dans le village. Kyxe devait faire vite:
 
- Je suis désolé, mais je dois partir. J'espère te revoir un jour... Mon amour.
 
Il l'embrassa amoureusement. Après ce doux baisé, il courut au plus vite pour échapper à la punition du recruteur, et surtout à la réaction de Zobness. Quand à elle, elle resta figée pendant quelques minutes. Elle ne savait pas quoi dire, ni faire... Après encore quelques minutes de blanc, elle s’effondra en larme... Baby, après avoir vu sa demi-soeur fondre en larme, alla l'a consolé du mieux qu'il pu. Elle était effondrée... Son seul amour était partit, pour toujours...
Baby l'a porta jusque dans son lit, où elle s’endormit très vite, en pleurant...
 
Le lendemain, sa mère alla l'a voir. Elle savait ce que ressentait sa fille.
 
- Zobness... Tu ne vas pas rester dans ta chambre toute ta vie
- Maman, il va tellement me manquer... 
- Je le sais très bien ma fille, je sais ce que tu ressens
- Maman, es-ce que Papa est déjà partis comme ça ?
- Non, car j'ai pu le garder à mes côtés, il ne pouvait pas partir à l'armée à l'époque.
- Je voudrais tant qu'il soit encore là...
- Je sais ma fille, je sais...
 
Elle s'effondra encore une fois, mais dans les bras de sa mère, qui lui caressa les cheveux.
 
 
5 ans sont passés depuis le départ de Kyxe, et Zob avait encore grandit. C'était une femme à présent, une très jolie femme. Elle travaillait dans un kanojedo, pour apprendre les techniques aux jeunes, et développer les siennes. En effet, elle était très doué dans ses propres sorts, elle les maîtrisait presque.
Un jour, une bande de malfrat entra dans le village et saccageais celui ci. Ils étaient cinq... Cinq sacrieur, tous fans de baston et de sang. Mais elle n'avait pas peur, et alla leur parler:
 
- J'peux vous aider ?
- Oh oui mad'moiselle, ca te dit de louer une chambre pour qu'on fasse connaissance ? Lança un des bandits.
- Oh je vois, un farceur. Vous foutez quoi ici ?
- On viens faire les courses pour le patron, ca te pose un problème ?
- Ouai, un gros problème. Dégagez de ce village.
- Oh que non. Qui va nous arrêter ? Toi ? Les cinq sacrieurs éclatèrent de rire
- Vous allez voir
 
Elle se lança sur eux, masque du psychopathe sur le visage. 
Les villageois assistait bouche bée à la scène. Zob' était agile, et esquivait tout les coups de ses gros balourd. Et en tua quatre, tous aussi rapidement que l'autre. Le derniers, salement amoché, lui dit:
 
- Mon patron va pas aimer ça, oh que non *tousse*
- Je m'en fiche, ici c'est chez moi. Va lui dire que s’il remet les pieds ici, ca va chier
- Vous allez bien voir...
 
Il se leva et couru le plus vite possible. Elle était étonné de voir cette force en elle, elle ne savait pas qu'elle avait un tel potentiel. Elle rentra chez elle, comme si de rien était. Son père, fier de sa fille, mais aussi en colère, alla l'a trouvé:
 
- Mais es-tu donc folle ?! Tu aurais pu te faire tuer !
- Papa, j'ai géré la situation, ca va maintenant
- Non ca ne va pas ! J’étais inquiet pour toi !
- Je sais Papa, je sais...
 
Elle monta dans sa chambre et s'endormis sur son lit aussi sec.
La nuit passa doucement dans son rêve. Mais, dans ce rêve, les images d'une tempête, et le cri d'un bébé était totalement étrange pour elle... Qu'es-ce que c'était ? Elle ne savait pas. Son sommeil était imperturbable.
Après cette longue nuit, elle se réveilla au petit matin. Tout doucement, elle descendait les escaliers... Pour découvrir ce qu'elle n'aurait jamais du voir... Elle était horrifiée... Son père et sa mère était là, accroché au mur comme de vulgaire tableau... Gisant dans les sangs sur le mur...
Elle cria très fort le nom de son frère, qui accouru aussitôt, et découvrit lui aussi cette scène horrible... Les deux adolescents n'en croyait pas leurs yeux... Ils ne savaient pas quoi faire... Appeler au-secours ? Tout le monde s'en ficherais... C'est là que Baby trouva un parchemin, et il lisa à voix haute:
 
"Ma chère Zobal, tu as intérêt à te pointer demain soir, sur la colline n'on loin de ton village, pour régler cette affaire entre nous deux.
PS: J'ai tuer tes parents pour te faire venir à moi, alors soit à l'heure.
Signé: X"
 
- ENFOIRÉ !!!
 
Le seul mot qu'a pu tirer Zobness de sa bouche. Ce seul mot qui voulait exprimer tant de haine, de souffrance... Même Baby ne savait pas quoi dire...
Pendant quelques heures, ils nettoyèrent la maison, pour effacer cette scène de la maison. En nettoyant, Zobness tomba sur le petit message qu'elle avait accroché à son poignet il y a 20 ans.
Baby lui raconta ce qu'il se passa cette nuit là. Elle n'est revenait pas... Ce n'était donc pas ses propres parents... Mais elle devait les venger, elle ne devait pas laisser leur nom salit comme ça.
Elle fit donc ses bagages en direction de la colline, accompagnée de son demi-frère. Elle pensait à deux choses: L'une, venger ses parents adoptifs, la seconde, trouver ses parents biologique...
 
 
A suivre.
_________________
Slyness, un sram, tout simplement.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 8 Oct - 21:17 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Slyness
Maître de Bonta
Maître de Bonta

Hors ligne

Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 58
Localisation: Quelque part
Masculin Vierge (24aoû-22sep)
Puissance:
guilde: Rainbow Breeding

MessagePosté le: Dim 13 Nov - 01:47 (2011)    Sujet du message: De la découverte à l'aventure Répondre en citant

Chapitre 2: Le chemin




Les deux héros marchaient vers la colline… La nuit était fraîche, la lune illuminait la nuit, on aura dit presque qu’elle les aidait… Ils avançaient toujours plus haut, avec la peur au ventre de devoir voir l’assassin de leurs parents. Avant de continuer, Baby, inquiet pour elle, lui demanda :


-          Hey, ca va aller ?
-          Je ne sais pas Baby, je ne suis pas sûr de me contrôler face à lui
-          Que veux-tu dire ?
-          Je ne te l’ai jamais dit, mais parfois, je ne contrôle pas mes mouvements, et je ne sais pas ce que j’fais…
-          Ha je vois… J’espère que tu te contrôleras
-          Ouai, j’espère. Mais un conseil, si je suis dans cet état, court, et laisse-moi faire ce que j’fais. Compris ?
-          Ou… Oui
-          Bien continuons


La haut de la colline était proche, et la peur se faisait encore plus sentir chez Baby. Quand à Zobness, elle reste sûre d’elle, prête au combat.
Le sommet était là. Une maison, très grande était ici. De la plaine, on ne l’a voyait pas. Vu l’état de la maison, elle est bien entretenu, avec de vive couleurs sur les murs. Sans le vouloir, la porte de cette grande maison s’ouvrit, étrange. Nos deux héros rentrèrent donc dans la maison, et quel choc en voyant la déco. Elle était tapissée de sang, et de reste animal. Où ils étaient tombés ? Dans la maison d’un sacrieur ? Ou tout simplement d’un attardé mental ? Qu’importe, un homme de main les dirigeas vers la pièce où quelqu’un les attendait. Pendant le chemin qui les emmenait vers leur hôte, les deux parlaient :
 
-          On est tombé où encore ? Demanda Baby
-          J’en sais trop rien, mais j’te paris tombé sur un attardé animal encore…
-          J’espère pas, je ne supporte pas les osas…
-          On va bien voir


Là, le major d’homme leur montra une porte et partis dans l’ombre. Les deux se regardèrent et poussèrent la porte. Là, c’était une grande pièce, même plus une bibliothèque, avec tant de livre rangé dans les étagères. Tant de livre, pour un seul homme ! Inimaginable… Mais la pièce n’était pas l’attraction du jour, mais c’était plutôt l’osamodas affalé sur son siège. En effet, son âge certain n’était pas la seule cause du dégoût de Baby, mais plutôt le triple menton de l’osamodas… Un haut l’cœur eu raison de Baby, presque au bord de vomir. La vision était horrible pour lui, mais Zobness restait de marbre. L’osamodas pris la parole :


-          Et bien vous voilà, je ne vous attendais plus
-          Espèce de… Comment oses-tu m’inviter chez toi après ce que t’as fait à mes parents ! cria Zobness
-          Et bien, du calme ma très chère Zobal, je ne suis là que pour discuter. Et tes parents, n’étaient que des pions pour te faire venir ici. Je savais que tu allais venir sous la contrainte
-          Tu mériterais que je te…
-          Calme-toi Zobness ! Chuchota Baby
-          Ecoute ton demi-frère, ca vaudra mieux. Prenez place, j’ai à vous parler
Les deux se mirent sur des chaises, pas tellement confortable, mais ils devaient parler tout les trois. Le gros lard repris donc la parole :
-          Bon et bien, discutons maintenant. J’ai un avenir pour toi, ou plutôt pour vous. En effet, je dois recevoir une livraison d’un certain produit euphorisant de brakmar, mais ces incapables se feront prendre à la frontière d’Amakna. Alors, aller cherchez a livraison, et je laisserais le village sain et sauf.
-          Et si on refuse ? Car j’ai tellement envie de vous faire plaisir !
-          Tu n’as pas trop le choix je crois


Là, une petite armée de bouftous enragés dans un coin de la pièce, prêt à bondir. Baby avait peur des bouftous, sa plus grande phobie… Zobness tapa du poing sur la table :


-          Comment osez-vous nous menacer comme ça !
-          J’obtiens toujours ce que je veux mademoiselle
-          Vous verrez un jour, je vous le ferais payer !
-          C’est cela. Dirigez vous vers le cimetière d’amakna, là sera votre rendez-vous. Soyez à l’heure, dans 7 jours. Bonne chance.


Il tourna sa chaise et laissait paraître un vieux siège de bureau, complètement tué par le temps. Les deux se levèrent et quittèrent la maison. Arrivé vers le bas de la colline, après une heure de marche, la nuit battait son plein, et Zobness était épuisée. Elle demanda à Baby :


-          On est obligé de le faire ? Moi je n’ai pas envie de lui rendre service à ce gros plein de soupe
-          Tu sais ce qu’il fera au village Zob’, et je n’ai pas envie de voir la même chose chez les villageois que chez maman et papa…
-          Rah c’est vrai ça…
-          Réfléchie bien à ce qui va se passer si jamais on échoue… Je n’ai même pas envie d’y penser…
-          Oui c’est vrai… Dormons, on en a besoin je crois…


Les deux s’endormirent dans leur tente, qu’ils avaient prise à l’avance.
Pendant ce temps, à la milice bontarienne, les paroles fusaient dans la maison du chef. En effet, une nouvelle dispute entre Slyness et Isakay éclata…


-          Tu as encore quelques choses à me reprocher !? Dit-il
-          Oui ! De n’être pas présent auprès de moi. Tu ne me regarde même plus, je suis invisible pour toi !
-          Tu ne comprendras donc jamais que je suis chef de la milice ? Que j’ai peu de temps pour moi ?!
-          Tu dois chérir ta femme, au lieu d’aller te battre partout !
-          Je n’ai plus de temps pour toi… Une grosse mission m’attend. Alors si tu ne comprends pas, notre relation est vouée à l’échec
-          Ne part pas, je ne veux pas t’attendre encore plus longtemps… Je t’en pris…
-          Tu attends, ou c’est fini. Que veux-tu ?
-          Quitte cette maison, et ne reviens jamais…
-          Alors soit


Il ouvrit la porte, pris ses affaires et quitta la maison. On entendait les pleurs d’Isakay dans les environs, mais il devait s’en aller. Il ne devait pas se retourner, il devait être fort, même si il était triste. Il se dirigea vers la milice pour préparer sa mission de demain. Amayiro, et Melvinio était là, prêt à attendre les ordres. Slyness dit :


-          Alors, où en sommes nous pour récupérer la cargaison ?
-          Bien, nous avons quelques informations supplémentaires
-          Lesquels ? demanda Melvinio
-          Bien, nous savons que la livraison sera faîte vers la frontière entre Brakmar et Amakna et qu’aucun milicien ne sera présent 
-          Aucun ? Mais, pourquoi ? Demanda Slyness
-          Aucune idée
-          Bien, il faut se mettre en route, le chemin n’est pas à un pauvre kilomètre. Je prends Melvinio et Kyxe avec moi, ca suffira. Maître Amayiro, à bientôt.


Il sortit de la pièce, accompagné des deux jeunes hommes.
Pendant ce temps, vers la colline, Zobness et Baby ne savaient pas quoi faire. Ils étaient menacé, ils devaient obéirent, sous peine de mort… Ils n’avaient donc pas le choix... Ils s’étaient préparés pour prendre la route, avec leurs affaires et leurs souvenirs. Arrivé devant la maison, avant le départ, ils devaient prier pour leur parent, mort par cet osamodas. Ils partirent donc en route vers la frontière, la peur au ventre.
_________________
Slyness, un sram, tout simplement.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:00 (2018)    Sujet du message: De la découverte à l'aventure

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    les gardiens d'hel munster Index du Forum -> Les gardiens de la lumiére -> Le manuscrit de bonta Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
T h è m e _ r é a l i s é _ p a r _ la _ g u i l d e _ M i t s u g a